Accueil » actualites » Les professionnels de la santé contre la loi 131.13 et la participation des « non médecins » au capital des cliniques
Les professionnels de la santé disent non à la loi 131.13
Les professionnels de la santé disent non à la loi 131.13

Les professionnels de la santé contre la loi 131.13 et la participation des « non médecins » au capital des cliniques

Les professionnels de la santé disent non à la loi 131.13 qui donne le feu vert aux investisseurs privés (non médecins) de participer au capital des cliniques. Ils ont exprimé leur position face à cette loi lors des premières assises des cliniques privées qui ont eu lieu ce samedi à Marrakech.

La réaction des agents de la santé a sans aucun doute été très attendue par le ministre marocain de la Santé, Houcine El Ouardi. De l’avis du Président de l’association nationale des cliniques privées, Mohamed Benaguida, « les professionnels de la santé croient fermement que cette loi est loin d’être la meilleure solution pour mettre un terme aux difficultés qui secouent le secteur médical au Maroc ». Ces acteurs de la santé qui s’opposent à cette loi veulent que leur secteur soit uniquement géré par les pouvoirs publics ainsi que les médecins. Et c’est dans cet ordre d’idée que M. Benaguida a souligné que les professionnels du secteur public maitrisent la priorité dans le domaine, parce qu’ils s’engagent sans cesse pour que les résultats soient acceptables dans leur secteur.

Les prestations doivent être accessibles à tout Marocain même pour ceux qui habitent des zones inaccessibles. Sur ce, il rassure que les professionnels du secteur privé de la santé maitrisent pertinemment les procédures et méthodes pour accompagner les pouvoirs publics : Cela servira à booster la santé publique avec des prestations à des prix raisonnables. M. Houcine El Ouardi a indiqué lors d’une conférence de presse que la réunion entre les professionnels de la santé est une occasion de partage pour un partenariat public-privé durable.

Il a ajouté que c’était le moment parfait pour rassembler tous les acteurs de la santé pour discuter des questions de financement, des ressources humaines et la couverture médicale. Selon les organisateurs, la question de l’ouverture du capital des cliniques appartenant à des acteurs qui ne sont pas des spécialistes a fait l’objet de longues discussions. D’autres sujets comme l’assurance obligatoire ont également été traités.

Par ailleurs, cette rencontre a vu la participation de plus de 200 cliniques privées, des praticiens spécialistes de la santé et d’autres acteurs qui militent dans le secteur à savoir les assurances. Les agents du Ministère de la Santé, la caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (Cnops) et la caisse nationale de la sécurité sociale (Cnss) ont également répondu présents aux échanges, selon des informations de la MAP.

Check Also

Maroc : La généralisation de la protection sociale, “apport crucial à la lutte anti-pauvreté”

Maroc : La généralisation de la protection sociale, “apport crucial à la lutte anti-pauvreté”

Le chantier Royal de généralisation de la protection sociale sera d’un “apport crucial à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *